Ayhan Evrensel : un véritable conteur

Analyse approfondie

September 6, 2019

« Ce qui me motive, c’est la satisfaction que je retire quand je raconte à quelqu’un une histoire qu’il ne connaissait pas », explique Ayhan Evrensel. Même si les thèmes et les publics ont varié au cours de ses 25 ans de carrière, la façon dont il aborde un sujet, elle, n’a pas changé.

« Je veux transmettre aux gens ce qu’ils ne savent pas. Je me dis qu’ils ne sont pas là, mais moi oui. J’ai étudié la question, j’ai parlé aux gens de tous bords, les simples gens comme les spécialistes. Et je présente ma synthèse. » C’est grâce à cette approche humaniste et à son assurance tranquille qu’il réussissait à boucler ses reportages en direct sur l’actualité la plus sérieuse, que ce soit en Europe ou dans le monde, pour le compte de la chaine d’information turque NTV et d’autres médias européens. Dans les 60 secondes qui lui étaient imparties pour faire part de sa synthèse à des millions de téléspectateurs, Ayhan s’efforçait de « présenter les choses d’une manière que mon frère ou ma mère pouvait comprendre. »

Cette forme de journalisme était pour lui l’expression absolue de sa passion de conteur, qui a démarré par un rêve : celui de faire comprendre au monde ce que vit son pays, en tant que diplomate. Mais ce n’était pas tout à fait le meilleur moyen de réaliser son rêve. « Au cours de mes études, je me suis rendu compte, à un moment, que je n’avais pas besoin de me confiner dans une seule voie. » Après avoir été guide touristique, où il personnifiait l’histoire et la culture de son pays pour des gens du monde entier, il s’est ensuite lancé dans le journalisme.

À force de poser des questions dans sa fonction de journaliste, il a fini par y répondre aussi en devenant chargé des relations presse et de la communication pour diverses organisations internationales à Vienne, en Autriche : tout d’abord l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), puis l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). C’est notamment à l’AIEA que la carrière en communication d’Ayhan s’est orientée sur l’énergie nucléaire. « Le nucléaire était relativement nouveau pour moi. Je ne savais pas grand-chose de toutes les spécifications techniques. Mais, en fait, une fois que j’étais lancé, je me suis passionné pour la complexité des questions autour du nucléaire. »

Grâce à sa brève expérience de la diplomatie et sa formation en sciences politiques, il était « assez facile », d’après Ayhan, de cerner les aspects politiques concernant le nucléaire.  « Mais je ne connaissais pas l’autre aspect, celui de la supériorité technique que l’énergie nucléaire offre. Plus vous en apprenez sur le nucléaire, plus vous pensez : ”si moi je ne le savais pas, des millions d’autres personnes ne le savent pas non plus. Pourquoi ne pas le leur expliquer ?” » Quelques années plus tard, il a été embauché comme porte-parole de la FANR, l’organisme régulateur des Émirats arabes Unis. Nouvellement créé à ce stade, il les a aidés à mettre en place et à démontrer une culture d’ouverture et de transparence. Il est ensuite revenu au sein de l’AIEA pour quelque temps où il a contribué à faire évoluer et moderniser une large étendue d’actions de communication, notamment sur l’énergie nucléaire et les réacteurs de recherche.

À notre époque, peut-être plus que jamais, il est essentiel d’informer le public sur l’énergie nucléaire et les possibilités qu’elle offre. Voilà pourquoi Ayhan Evrensel se tourne désormais vers une nouvelle phase dans sa carrière, en tant que consultant en communication indépendant. « Ce qui unit les publics, au-delà des cultures, ce que tout le monde peut comprendre, c’est qu’il n’y a pas de solution miracle, que ce soit dans le secteur de l’énergie ou ailleurs », affirme Ayhan. « Si quelqu’un vous dit que le nucléaire est la seule solution, ne l’écoutez pas. Mais, si une autre personne vous dit que le nucléaire ne vaut rien, ne l’écoutez pas non plus. Tout, absolument tout, comporte au moins un avantage et un inconvénient. L’important, c’est de bien les soupeser et de prendre une décision en toute connaissance de cause.

On est tous logés à la même enseigne », achève-t-il. « Je veux aider à faire comprendre que le nucléaire est l’une des principales solutions à cette crise que nous traversons. Et c’est bien d’une crise qu’il s’agit. Pour mes enfants, la crise sera pire encore. Pour leurs propres enfants, ce sera catastrophique si nous n’agissons pas dès maintenant. »

Published by Thomas Thor

Thomas Thor Associates is a consulting and recruitment organisation providing services to the global nuclear sector. We represent nuclear industry experts and provide nuclear jobs to our clients for either freelance contract assignments or permanent staff positions.

> LinkedIn

Share this post

[type='submit']
[type='submit']