De grands espoirs pour les petites iles

Avis professionnels

April 26, 2021

Jeune, Jesús M. Nuñez n’aurait jamais eu l’idée de travailler dans le nucléaire. Ayant grandi à Porto Rico, un territoire américain où ne se trouve aucune opération nucléaire, il ne savait pas « ce qu’était l’énergie nucléaire. Je regardais les Simpsons ; c’était l’étendue de mes connaissances sur le sujet. » Or, lorsque son professeur d’université lui a parlé d’opportunités professionnelles dans le nucléaire sur le continent, il s’y est ainsi lancé pour faire carrière dans ce secteur. En concevant pendant 13 ans des centrales nucléaires, des projets gouvernementaux et des lignes de transmission et de distribution, a grandi chez lui le désir d’introduire l’énergie nucléaire sur son ile natale, à Porto Rico.

La naissance de The Nuclear Alternative Project

En 2015, Jesús Nuñez a co-fondé The Nuclear Alternative Project (NAP) (Projet pour une alternative nucléaire), une organisation à but non lucratif qui s’est donnée pour mission d’informer la population de Porto Rico au sujet des réacteurs avancés, de leurs capacités et des innovations technologiques dont ils font l’objet. NAP est mené par une équipe de volontaires portos ricains travaillant tous dans la filière nucléaire. Leur objectif consiste à ce que la population envisage l’énergie nucléaire comme l’une des options viables dans leur bouquet énergétique et la déploie sur l’ile.

« Notre succès est le fruit du travail d’équipe entre nos conseils d’administration et nos volontaires », explique Jésus, occupant actuellement le poste de directeur général. La direction de NAP, qui comprend Valerie Lugo, Angel Reyes et Ramon Martinez, est fière de son héritage porto ricain et s’engage à travailler pour le bien de la communauté.

NAP a mené jusqu’à présent plusieurs actions dont  une étude de faisabilité analysant les avantages potentiels du déploiement du nucléaire sur l’ile. Au cours de l’année, ils prévoient également d’étudier la convenance de plusieurs sites, tout en réalisant enquêtes et campagnes de sensibilisation afin de gagner l’adhésion de différents acteurs à Porto Rico et dans le secteur nucléaire aux États-Unis. Jesús souligne que, pour eux, « tout ce travail est comme un don en nature à Porto Rico parce que nous croyons fermement que cette initiative peut changer l’avenir de l’ile. »

Les avantages du nucléaire pour une petite ile 

Lorsqu’on lui demande en quoi cette initiative peut aider à bâtir un avenir meilleur pour l’ile, Jésus cite trois aspects fondamentaux relevés dans l’enquête menée par NAP auprès de 3 000 résidents : les incidences sur la santé, sur l’économie et la résistance face aux catastrophes naturelles.

« Pendant mon enfance à Porto Rico, les enfants étaient nombreux à avoir de l’asthme, et pour beaucoup depuis la naissance », se rappelle-t-il, remarquant un lien probable avec la pollution de l’air due aux combustibles fossiles. Ces derniers sont prévalents dans le système de production d’énergie de l’ile : ils génèrent près de 98 % de son électricité totale. Par ce processus, 20 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone sont émises par an. Passer au nucléaire voudrait dire se rapprocher d’un taux d’émissions zéro tout en atténuant globalement de nombreux risques sur la santé associés aux centrales électriques fonctionnant avec des combustibles fossiles.

Par ailleurs, l’étude de faisabilité réalisée par NAP indique que « les réacteurs nucléaires avancés permettent à la fois de réduire les couts en électricité, de générer une électricité de base à émission zéro et de limiter la dépendance aux importations de combustibles. » Les retombées positives sur les couts sont ensuite répercutées sur le consommateur qui veut voir baisser ses factures d’électricité et payer un prix plus abordable.

De plus, le déploiement de réacteurs nucléaires avancés permettrait de stabiliser le réseau énergétique en établissant des micro-réseaux capables de résister aux catastrophes naturelles. L’infrastructure énergétique à Porto Rico repose actuellement sur un réseau centralisé et de grandes unités génératrices, un système qui a été fortement affaibli par diverses catastrophes naturelles, qui laisse parfois un nombre incroyable de résidents et d’entreprises essentielles en panne d’électricité.

Convaincre la “majorité silencieuse”

NAP a choisi une approche centrée sur les individus qui s’appuie fortement sur l’engagement de la communauté. Ils mènent des enquêtes, organisent des réunions dans les salles municipales et des webinaires. Ils prévoient également d’entamer la discussion sur les plateaux de télévision et à la radio. Leur volonté de mobiliser la communauté à opérer un changement ne vient pas simplement du fait que l’équipe de NAP « vivait à Porto Rico, que nous savons comment les choses se passent et nous voulons aider. » Ils comprennent que la perception du public est au cœur des lois sur le nucléaire, pas les scientifiques ni les ingénieurs, et que leur adhésion est vitale pour faire avancer le débat.

Plus important encore, ils veulent réellement que la population de Porto Rico ait la possibilité de prendre des décisions en toute connaissance de cause concernant l’introduction du nucléaire dans leur bouquet énergétique. Jesús précise : « Ma famille vit là. C’est un sujet qui me tient à cœur. » Même les politiciens sont d’accord sur cette approche : ils ont exprimé leur soutien tant que la communauté est informée et soutient l’initiative.

Et pour les autres pays aux ressources limitées ? 

Le cadre établi par NAP fonctionne, qu’il s’agisse de réaliser des études et enquêtes, collaborer avec différentes parties prenantes ou mener des campagnes de sensibilisation. Selon NAP, la perception du public sur l’énergie nucléaire est en train d’évoluer. Les gens sont curieux et veulent en savoir plus sur les options impliquant le nucléaire sur l’ile. Que l’initiative réussisse ou pas reste à voir, mais Jésus espère que le secteur nucléaire verra ce que l’approche de NAP peut signifier pour d’autres petites iles et pays aux ressources limitées.

« Lorsque nous avons créé The Nuclear Alternative Project, nous ne l’avons pas fait seulement pour Porto Rico », ajoute Jésus. D’autres iles et pays ont un profil proche de celui de Porto Rico et, avec un financement adéquat et les bons partenaires « nous sommes aussi ouverts à d’autres opportunités ailleurs. »

Jésus a été interviewé par Jane Kim Coloseus pour le compte de Thomas Thor Associates.

thomasthor

Share this post

[type='submit']
[type='submit']
[70046]
[70046]